L’onde verte

La succession des Peut-être.

L’espoir d’un Bientôt.

La perspective d’une nouvelle page. 

Ou même carrément d’un nouveau livre.

La question de la bonne personne, celle qu’on n’espérait même pas rencontrer.

Un sentiment d’imposture chronique.

Quand ? Pourquoi ? De quelle manière ?

Les demies vérités et les petits mensonges.

Les projets qui prennent du temps.

L’attente du printemps.

L’alternance de doutes et de convictions.

La crainte de ne pas tout contrôler.

Ces rêves lors desquels on a beau courir de toutes ses forces, on reste coincé sur place…

Parfois la vie fonctionne comme si on se prenait tous les feux rouges d’un trajet.

Parfois seulement.

Heureusement.

J’élaborais mentalement cette liste quand je me suis engagée sur les quais de Quimper. Une fois n’est pas coutume, le premier feu-celui de Locmaria, en face de chez Jaouen- était vert. La vie nous offre parfois des micro-joies qu’il faut savoir saisir au bond. Un bonheur ne venant jamais seul, le second feu me laissa passer lui aussi…

C’est à ce moment précis, que d’une façon assez magique, je fus transportée sur les boulevards de Lille. Ces boulevards maintes fois empruntés avec mon grand-père lorsque nous allions donner du pain aux canards du parc Barbieux. J’adorais être en voiture avec mon grand-père. Il y avait toujours des boules de gomme dans la boîte à gants. Mais pas de gants par contre. 

C’était une une boîte à gommes en fait. 

Sur les boulevards de Lille, mon grand-père me parlait toujours de l’onde verte :

-Tu sais Héloïse, des hommes ont réfléchi, ils ont fait des calculs, et si on respecte les limitations de vitesse, on peut avoir tous les feux verts. 

Il suffit de suivre les limitations de vitesse. Des hommes ont calculé…

Mon grand-père adorait les gens qui calculaient. Lui-même calculait tout. Une fois par an, il demandait à voir mon bulletin.  Il avait élaboré un graphique sur du papier millimétré marron. Sur l’abscisse ma moyenne, sur l’ordonnée une somme. En francs. Travailler plus pour gagner plus. 

Le mérite et les limitations de vitesse comme héritage. 

Aujourd’hui, plus personne n’est là pour regarder mes bulletins ni pour me rappeler comment fonctionne l’onde verte. Mais je sais que les faits parfois inconfortables qui régissent nos vies peuvent tous passer au vert au bon moment. A condition de respecter les limitations de vitesse.

Post navigation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :