Décharge mentale

Vous la connaissez cette femme qui décide de quitter son mec parce qu’il ne foutait rien à la maison, qu’il n’anticipait rien, qu’elle avait l’impression d’avoir un enfant supplémentaire à gérer tellement il était incompétent ? Cette même nana, une fois la séparation entamée, décide d’avoir recours à la justice pour avoir la garde exclusive de son (ou ses) enfant(s)…

La garde exclusive… S’il n’est ni alcoolique, ni pervers, ni violent, l’idée m’échappe, à moins d’avoir fabriqué sa progéniture en se masturbant ?

Elle utilise donc un mode revanchard pour qu’il comprenne la leçon. Elle l’humilie, elle affirme à la société que cet individu, qui ne balayait pas dans les coins, est trop con pour gérer un quotidien sans elle.

Mais bon, ce n’est pas de sa faute. Son mal-être existe et il a un désormais un nom : Cette femme souffrait depuis des années, sans le savoir, de ce qu’on appelle «la charge mentale».

Répétons le lentement :

La – charge – mentale.

 

Depuis une BD en ligne sortie il y a quelques mois, le concept est devenu la nouvelle tendance chez la femme qui s’emmerde… Elle est devenue un nouvel argument pour se friter avec celui qui, né après 1975, a quand même bien compris qu’il était une femme comme les autres.

Allez les filles, reconnaissez-le, les mecs d’aujourd’hui ne sont quand même pas comme Papa. Alors pourquoi essayer de ressembler à Maman ?

  • Vous travaillez.
  • Vous faites du sport.
  • Vous buvez de la bière.
  • Vous avez suivi les élections et avez voté avec conviction, parce que vous avez un vrai avis bien à vous.
  • Vous avez le droit d’avoir un compte en banque, sans demander l’autorisation d’aucun individu de sexe mâle.
  • Vous avez probablement un petit sex toy -qui n’en a pas l’air- bien planqué dans votre table de chevet.

Et vous l’utilisez de mieux en mieux d’ailleurs.

Reconnaissez-le !

 

Il est parfois dangereux de nommer les choses. Donner un nom à un concept, c’est lui offrir une existence propre, une légitimité. Un sentiment apparu chez une femme en particulier a été identifié et puis nommé. Le nom existe, la «chose» existe donc. A partir de là, elle peut se propager.

Allons mesdames, le coup de la migraine ne fonctionnait plus, il a fallu que vous lui trouviez une parade ? 😉

Et puis, vous ne pensez pas qu’ils en ont marre de devoir penser aux vidanges et de porter les packs d’eau quand vous rentrez du drive ?

Se laisser envahir par des pensées négatives… Pourquoi ?

La charge mentale est en réalité un petit problème de femme occidentale au niveau d’exigence de propreté optimum et qui doit secrètement aimer infantiliser son mec…

Et puis franchement, vous avez pensé à toutes celles qui n’ont pas le luxe de souffrir de la charge mentale?

A toutes celles dont l’esprit est surchargé de bien d’autres douleurs? Vous avez pensé à la femme qui chaque jour se demande comment cacher les marques de coups de son mari? A celle qui rêverait d’avoir à gérer les couches culottes et l’intendance d’une maison pleine de cris, mais qui n’arrivera jamais à avoir d’enfants? Ou encore à cette femme vieillissante qui n’a plus d’autre charge mentale que celle du temps qui passe parce que ses belles années de super héroïne sont loin derrière elle?

Cependant, malgré le tas de linge que personne n’a plié et qui traîne sur mon lit, malgré les papiers que je n’ai toujours pas triés et le dossier de ré-inscription au collège de mon aînée qui aurait dû être rendu la semaine dernière, je vais prendre une petite minute pour raconter une histoire à celles qui ont envie de me balancer leur serpillère en plein visage…

 

Il était une fois, de nos jours, une maman. Une maman qui bossait

qui avait ses petits plaisirs et ses passions et qui avait à la maison trois grands ado

(que j’imagine insupportables, puisqu’un ado l’est forcément à bien des égards)…

Chaque jour, lorsqu’elle rentrait chez elle, trônaient sur le tapis de l’entrée, les paires de chaussures de sa tribu.

Pendant des années, chaque soir, en rentrant, cette super maman ramassait patiemment les godasses crasseuses de ses petits amours

et les plaçait sur l’étagère bien visible prévue à cet effet.

Un soir, exténuée, elle ne les a pas ramassées. Elle a appelé ses garçons, leur a montré l’étagère et leur a demandé d’y placer leurs chaussures.

Pris sur le vif, sans trop râler, ses enfants ont obtempéré.

Le lendemain soir, même scénario.

Malgré la scène de la veille, il avait encore fallu leur rappeler l’évidence.

On vit ensemble, facilitons nous la vie…

Au bout d’une semaine où elle revivait inlassablement le même moment, cette mère agacée eut une idée…

Au lieu d’appeler ses garçons et de leur demander de faire ce qu’ils ont à faire,

au lieu de faire à leur place,

elle a pris les trois paires de chaussures et les a cachées.

Jusqu’au lendemain matin, jusqu’à ce qu’ils en aient besoin pour aller à l’école.

Elle ne leur donna pas. Ils se débrouillèrent comme ils purent et depuis ce jour, chaque soir, lorsqu’elle rentre chez elle,

elle regarde en souriant, le fruit de son ingéniosité. Les quelques secondes d’agacement qui caractérisaient ses retours au foyer avaient disparu.

Elle était parvenue à alléger sa charge mentale avec intelligence.

 

Le jour où on m’a conté l’histoire de cette maman, j’ai eu un déclic. Nous sommes responsables de cette charge mentale. Les générations précédentes pèsent sur nos épaules de femmes actives, c’est vrai. Oui, nous avons beaucoup de responsabilités et parfois, on se sent submergées. Dans ce monde culpabilisant où il faut être une professionnelle investie, une mère patiente, une ménagère hors paire et la reine des galipettes, nous pouvons aussi être comme cette maman, astucieuse et pédagogue.

La famille est la première expérimentation d’une vie en communauté riche d’apprentissages, on y découvre le partage que ce soit avec la personne avec laquelle on a choisi de vivre ou avec les enfants que l’on a conçus ensemble. Elle est un terrain propice à la mise en place d’une réelle communication qui, elle seule permettra d’alléger la charge que chacun se donne et d’augmenter les petits moments de plaisir. C’est cela que la BD d’Emma nous a appris.

Le féminisme doit être une éducation, pas un combat. Sinon, c’est que l’on n’a rien compris.

 

 

2 comments for “Décharge mentale

  1. Mayoux
    décembre 7, 2017 at 10:14

    C’est tellement bien écrit! J’aime beaucoup ton style!

  2. décembre 19, 2017 at 7:37

    C’est en voulant publier un nouveau texte que j’ai découvert ton commentaire ! Merci beaucoup, c’est très agréable à lire ! Au plaisir…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :